Valacta, le centre d’expertise en production laitière du Québec, est issu du Programme d’analyse des troupeaux laitiers du Québec (PATLQ), lui-même issu du Dairy Herd Analysis Service (DHAS) lancé par l’Université McGill dans les années soixante. Pour mieux situer notre évolution, voici un bref survol de l’organisation du contrôle laitier au Québec et au Canada.

Un siècle de contrôle laitier

En 1905, le gouvernement canadien lance le ROP ("Record Of Production"), un programme de contrôle laitier visant à reconnaître les meilleurs sujets génétiques pur sang au Canada. La Colombie-Britannique suit en 1913 avec un programme provincial de contrôle laitier. En 1931, le gouvernement du Québec fait de même avec un programme postal. À partir de 1950, la plupart des provinces canadiennes offrent ainsi un programme de contrôle laitier.

Au début des années soixante, alors que le Québec compte 40 % des fermes laitières canadiennes, il est à peu près absent de la scène génétique. Le rendement laitier est faible et moins de troupeaux sont inscrits au contrôle laitier qu’ailleurs au Canada et aux États-Unis. Quarante ans plus tard, le Québec est devenu un leader en génétique et sa participation au contrôle laitier est une des plus élevées en Amérique du Nord. Que s’est-il donc passé ?

L'Université McGill et le DHAS

En 1966, un visionnaire, le Dr. John E. Moxley de l’Université McGill, a l’idée de coupler un laboratoire laitier avec la technologie informatique, afin de fournir aux producteurs un portrait clair de la situation de leur troupeau, et des outils de gestion pour améliorer leur productivité et leur rentabilité. Avec l’appui du gouvernement provincial, le Dr. Moxley, secondé par Norm Campbell et une poignée de jeunes gens dynamiques, lance le DHAS (Dairy Herd Analysis Service), mieux connu comme « le Programme laitier du collège Macdonald », qui se donne pour mission de desservir, petit à petit, l’ensemble des producteurs laitiers du Québec et des Maritimes. On est au coeur de la Révolution tranquille : le Québec laitier est en quête d’une vision et d’objectifs à atteindre pour évoluer. Le leadership des producteurs et des organisations en amélioration génétique feront bientôt toute la différence.

Le MAPAQ et le PATLQ

En 1970, le DHAS devient un programme conjoint de l’Université McGill et du MAPAQ (Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec) et s’appelle désormais le Programme d’analyse des troupeaux laitiers du Québec. Le gouvernement provincial a clairement compris que le PATLQ sera un levier stratégique important du développement de la production laitière au Québec.

Dès 1973, les partenaires québécois de l’amélioration génétique (les associations de races et le Centre d’insémination artificielle du Québec) incitent le MAPAQ à offrir un programme de contrôle laitier supervisé afin de favoriser la participation des producteurs au développement de la génétique québécoise. Ce programme aura un impact considérable.

Consolidation et transformation

Au cours de la décennie 1980-1990, le gouvernement fédéral met fin à son programme de contrôle laitier et le consolide avec les programmes provinciaux. Le PATLQ et le « ROP » sont consolidés en 1989. Le PATLQ comptant alors près de 9000 fermes inscrites, l’Université McGill et le MAPAQ souhaitent que les producteurs laitiers se l’approprient en tant qu’outil de leur développement. La FPLQ (Fédération des producteurs de lait du Québec) devient donc l’actionnaire majoritaire en 1994.

À compter de 1996, pour répondre aux besoins de plus en plus diversifiés des producteurs, le PATLQ élargit constamment son éventail de services en offrant bien plus que le contrôle laitier : le dosage de l’urée du lait, les analyses aux fins de paiement, le traitement informatique des données de toutes les agences canadiennes d’amélioration des troupeaux laitiers, l’accès aux rapports par internet, le développement en partenariat de logiciels de pointe et de séances de formation pratique en groupe, ainsi que le service-conseil stratégique à la ferme, sont quelques exemples de cette diversification.

Après 40 ans, Valacta

En 2006, au moment où le PATLQ célèbre ses 40 ans, ses trois actionnaires, la FPLQ, le MAPAQ et l’Université McGill, estiment que, pour mieux faire face aux défis de demain, l’organisation doit se doter d’orientations élargies et s’ouvrir à de nouveaux partenaires.

Pour bien marquer la réalisation de cette grande vision, l’entreprise adopte un nouveau nom, qui souligne son attachement aux VALeurs, à l’ACTion, et au domaine laitier qui est au coeur de sa mission : c'est ainsi que naît VALACTA.

Appuyé par l’industrie dans son rôle de centre d’expertise en production laitière, Valacta poursuit la vision du Dr. John E. Moxley : être un levier stratégique dans l’évolution de la production laitière québécoise.

 

 

Dr John E. Moxley

Dr John E. Moxley

 

1966: premier ordinateur central, un IBM 1620
 
1966: premier ordinateur central, un IBM 1620

 

Les premières bouteilles d'échantillonnage sont en verre

Les premières bouteilles d'échantillonnage sont en verre

 

1978: tout le PATLQ est à l'édifice Poultry du Collège Macdonald
 
1978: tout le PATLQ est à l'édifice "Poultry" du Collège Macdonald
 
 
Lancement Valacta