La ferme Michel Cotnoir est gérée par Éric Leclerc et Amélie Madore. Ils ont un troupeau de 50 vaches et un terrain de 120 acres leur permettant de cultiver de la luzerne et des graminées.
 
Qu’est-ce que c’est pour vous Gains Potentiels ?
« C’est un outil qui nous permet d’être plus efficace, complémentaire. Ça nous sert à augmenter la rentabilité de la ferme, à repérer les faiblesses, Savoir où sont les gains possibles. Ce que j’aime le plus de cette façon de faire, on ne  nous dit pas seulement où on peut s’améliorer, on fait un plan d’action, on sait donc COMMENT faire pour aller chercher ses gains. J’aime aussi voir comment ça évolue dans le temps, ça encourage de voir les objectifs atteints ou en voie de l’être, ça valorise le travail qu’on fait à chaque jour’’
 
Quelle intervention vous a été proposée ?
« Plusieurs changements ont été proposés et notamment au niveau de la préparation au vêlage. On avait arrêté le tarissement court car je pensais que des problèmes  y étaient liés, on a recommencé… et ça va très bien […] On prend également des analyses rapidement de nos balles rondes. Les balles sont toutes identifiées, ça permet d’avoir un meilleur suivi et une gestion différente de la paille qui améliore le confort pour nos vaches et nous demande moins de travail durant la journée. »
 
Quels sont les résultats que vous avez obtenus ? Quels sont les bénéfices?
« Nous avons connu une augmentation de la moyenne de lait et une réduction des coûts des concentrés sans compter une diminution de notre stress lors du vêlage de nos vaches. […] Avec les revenus supplémentaires, on a réinvestit dans l’étable pour permettre une meilleure efficacité de travail, pouvoir passer plus de temps en famille, avoir une meilleure qualité de vie et tout cela sans faire de nouveaux emprunts. »
 
Est-ce que les changements/actions entreprises/suivi ont été faciles à faire ou difficiles, parlez-nous en.
« En ayant un plan d’action, on a pu y aller à notre rythme, choisir nos bonnes ressources et nos priorités. »
 
Avez-vous de nouveaux objectifs, quels sont vos plans futurs ?            
«  Nous aimerions travailler sur le confort et continuer à investir dans notre ferme. » 
 
 

 

Ferme Cotnoir.jpgÉric Leclerc et Amélie Madore