Les infections gastrointestinales (IGI) détériorent le bien-être animal et peuvent causer des pertes économiques importantes pour les éleveurs. Les génisses sont beaucoup plus sensibles à ce type d’infection, car elles sont moins résistantes aux parasites. En conventionnel, les vermifuges de synthèse sont généralement utilisés comme solution, mais la résistance est de plus en plus importante. En production laitière bio, l’utilisation des vermifuges de synthèse est très restrictive. Cette étude, mise en œuvre par l’Université de Guelph en collaboration avec d’autres partenaires, avait pour objectif d'examiner l'efficacité d’un fourrage riche en tanins, le lotier (Lotus corniculatus), en tant que traitement préventif alternatif des IGI chez les génisses laitières. Elle a été conduite durant 12 semaines sur 17 génisses âgées de 3 à 14 mois. 2 groupes ont été constitués : le groupe traitement dont les génisses ont été nourries avec un mélange contenant entre 26 % et 46 % de lotier et le groupe contrôle avec des génisses nourries d’ensilage de luzerne. Le poids corporel était mesuré toutes les semaines et un décompte d’œufs fécaux était réalisé toutes les 2 semaines durant l’étude. Les résultats montrent une moyenne d’œufs fécaux nettement inférieure pour les génisses du groupe traitement par rapport aux génisses du groupe contrôle (soit 4,4 œufs par 5 g contre 20 œufs par 5 g respectivement). Il n’y a pas eu de différence importante de poids corporel entre les 2 groupes. En conclusion, le lotier pourrait constituer une alternative intéressante aux vermifuges de synthèse, car cette étude suggère un effet préventif sur la quantité d’œufs fécaux, sans effet négatif sur le gain de poids. D’autres recherches supplémentaires sur le même thème sont nécessaires pour confirmer ces résultats car le niveau d’exposition parasitaire était faible au démarrage de l’étude.
 
 
 
effetdulotiersurlecontroledesparasitesinterneschezlesgenisses.JPG

 
 
 
 
 
 
lotier.jpg