Ce guide documente l’ensemble des connaissances actuelles développées par le projet Future Dairy mis en place en Australie. Le document décrit les installations et les pratiques à mettre en place sur toute ferme ayant un robot de traite, mais toujours dans un contexte où l’utilisation des pâturages est présente.
 
On y décrit les trois principes de base à respecter pour le bon fonctionnement d’un robot de traite avec pâturage :
  • la circulation volontaire des vaches,
  • une répartition précise des pâturages,
  • des traites bien réparties au robot.
Par exemple, si le pâturage est réparti en petite portion (30-50% des besoins journaliers dans une parcelle), les vaches chercheront leur nourriture ailleurs rapidement et cela créera ainsi une opportunité de retour au robot. Si les vaches reçoivent deux ou même trois nouvelles parcelles par jour, cela créera autant d’occasions de retour au robot. Il est possible de remplacer une de ces parcelles par un repas à l’étable. Dans ce système la gestion du pâturage a un impact direct sur le mouvement des vaches et sur la fréquence de traite.
 
Le travail du producteur consiste à entraîner les vaches à réaliser qu’elles peuvent avoir accès à ce qu’elles aiment en se déplaçant pour le trouver. Plusieurs recommandations sont faites sur l’efficacité relative des éléments motivant les vaches à se déplacer. Les principaux facteurs mentionnés sont : le pâturage, les fourrages, les concentrés, l’eau, les aires de repos et l’ombre. À l’aide d’une grille de résolutions de problèmes, des recommandations sont faites pour minimiser le nombre de vaches que l’on doit aller chercher au pâturage.  L’entraînement des génisses doit être fait pour leur donner de l’expérience et augmenter leur confiance à se déplacer dans le système d’allées où elles seront exposées à des barrières antiretour, des portes de tri automatique et au robot de traite. Le secret d’une transition réussie d’un système de traite conventionnelle à un robot de traite est la planification. Pour les premières semaines au pâturage, on doit s’assurer que la quantité d’herbe disponible est tenue au minimum et que l’accès à des aliments  la mangeoire est accru afin de fournir un incitatif plus fort à retourner à l’étable.
 
Pour en savoir plus, consultez le AMS Guidelines 2010 (en anglais seulement).