Un animal a quatre fois plus de chance d’être sale dans un troupeau catégorisé « sale ». Voilà ce qui est ressorti d’une étude qui avait pour objectif de faire un lien entre l’hygiène des animaux et la qualité du lait. L’étude a fait le suivi de 60 troupeaux de vaches laitières norvégiennes. D’après l’abattoir qui recevait les animaux de réforme, la moitié de ces troupeaux étaient considérés comme « propres » et l’autre moitié, comme « sales ».
 
Des visites ont été effectuées pour noter la propreté des animaux, la gestion du fumier, la gestion d’élevage et l’environnement de la ferme. Les fermes comptaient en moyenne 39 vaches de race norvégienne rouge produisant 6 616 kg de lait : 30 % des troupeaux étaient en stabulation entravée et 70 %, en stabulation libre. Les troupeaux plus « propres » avaient une moyenne de lait de 6 933 kg comparativement à 6 300 kg pour les troupeaux « sales ». Le CCS des troupeaux « propres »était de 169 000 c.s./ml et celui des troupeaux « sales » de 206 000 c.s./ml. D’après la distribution des notes de propreté, les vaches avaient un résultat de propreté plus élevé que les génisses et les génisses étaient plus propres que les bouvillons. Les vaches en stabulation entravée avaient une meilleure note que les vaches en stabulation libre. Certains animaux en stabulation libre, surtout les taures, avaient l’habitude de se coucher sur le plancher ce qui est à éviter.
 
Les producteurs des troupeaux « propres » démontraient plus d’efforts à brosser ou raser les animaux (73 %) comparativement aux producteurs des troupeaux « sales » (51 %). Les producteurs de troupeaux « propres » nettoyaient le plancher plusieurs fois dans la journée (83 %) comparativement aux autres producteurs (50 %). L’humidité de l’air était également associée à la propreté des animaux. Les étables ayant un taux d’humidité plus faible avaient des animaux plus propres. Une bonne ventilation est donc essentielle pour diminuer la condensation durant l’hiver et éviter que les animaux et la litière soient trempés. Les abreuvoirs mal ajustés étaient également une cause au manque d’hygiène dans les troupeaux « sales ».
 
Cette étude montre clairement que la propreté des bovins affecte directement la qualité du lait, la thermorégulation, la santé et la qualité de la peau. Une alimentation optimale, une bonne conception du logement et de la ventilation, une aire de couchage sèche et propre et une bonne santé sont des éléments clés du maintien de la propreté.
 
Adapté et traduit de la référence suivante :