Karen Bergeron_1_site
Revue Le producteur de lait québécoisVolume Numéro Juin 202027 mai 2020
Karen BergeronM.Sc., agr.

Calculer le rendement des fourrages, ce n’est pas si compliqué

Calculer le rendement des fourrages, ce n’est pas si compliqué
Partage

Le calcul du rendement des fourrages peut d’abord sembler compliqué et laborieux. Pourtant, certains producteurs y parviennent sans trop de mal et considèrent cette information comme essentielle à la bonne gestion de leur entreprise. C’est notamment le cas de Gaétan Gaudreau, de la ferme Degau, à Neuville.

PORTRAIT DE LA FERME DEGAU

  • Propriétaires: les frères Gaétan et Stépane Gaudreau
  • Troupeau: 85 têtes, dont 48 vaches logées en stabulation entravée
  • Production laitière: 10 640 kg lait/vache/année
  • Cultures: 175 ha au total :
    • 6 ha en culture maraîchère de maïs sucré et de légumes
    • herbe et maïs entreposés dans 3 silos verticaux
    • environ 5 000 petites balles carrées de foin sec pour la vente
    • 450 grosses balles carrées de foin récoltées à forfait

COMPTER CE QU’ON RÉCOLTE AU FUR ET À MESURE

À la Ferme Degau, le calcul des rendements en fourrages ne date pas d’hier. « D’aussi loin que je me souvienne, dit Gaétan Gaudreau, nous avons toujours pesé nos balles, même avant de faire partie du groupe conseil en gestion. Évaluer correctement le poids des balles, c’est vraiment embêtant. En 2017, nous avons acheté une balance usagée qui nous a coûté 800 $ pour les peser. »

Boîtes d’ensilage

Pour les ensilages d’herbe et de maïs entreposés en silos-tours, ils sont deux à compter les boîtes. Dans un calepin ou dans leur téléphone intelligent, ils notent simplement le nombre de boîtes récoltées pour chaque champ. Ensuite, à l’aide d’un chiffrier de Lactanet, ils évaluent facilement la quantité de matière sèche que contient une boîte, selon la taille des boîtes et la hauteur à laquelle elles sont remplies. En notant à quelle hauteur ils ont rempli leur silo, ils valident que la quantité calculée concorde avec la capacité du silo.

Petites balles

Les petites balles de foin sec sont comptées à voix haute par les ouvriers quand ils chargent les remorques pour la vente. Ensuite, les remorques sont pesées sur la balance de l’autoroute. Au pressage du foin, le nombre de balles est compté sur la presse et les quantités sont notées.

Grosses balles
En ce qui concerne les grosses balles carrées réalisées à forfait, de 6 à 10 balles sont pesées avec la balance de M. Gaudreau à chaque chantier de récolte et un échantillonnage est effectué afin de connaître la teneur en matière sèche des balles. Avant l’achat de la balance, les balles étaient pesées à l’écocentre.

CONNAÎTRE SES RENDEMENTS EN FOURRAGES, ÇA CHANGE QUOI?

Autant que possible, M. Gaudreau note ses rendements par champ. Cette façon de faire lui permet de comparer ses champs entre eux et d’en discuter avec son conseiller en production végétale pour appliquer des mesures correctives, si nécessaire. Ainsi, en connaissant les rendements réels de ses champs, il peut effectuer un calcul représentatif du coût de production des fourrages, par l’entremise de sa conseillère en gestion.

SAVOIR SE SITUER ET PRIORISER SES ACTIONS

Connaître ses rendements et le coût réel de production des fourrages de la ferme permet à M. Gaudreau de comparer son entreprise avec les autres. Il précise : « Connaître mon coût de production des fourrages, c’est la même chose que connaître mon coût de production de légumes ou de maïs sucré. À la ferme, quand on vend notre maïs sucré au kiosque, on sait ce qu’il nous coûte à produire. Pour les fourrages qu’on produit, c’est la même chose. On le vend à nos vaches. Il doit nous rester de l’argent, sinon ça ne nous donne pas grand-chose de travailler. »

Puisque les coûts de production des fourrages actuels de la Ferme Degau se situent dans la moyenne, ce n’est pas un secteur pour lequel ils déploient beaucoup d’efforts pour l’instant. « Nos rendements sont supérieurs à la moyenne, et c’est ce que nous visons, soutient M. Gaudreau. Dans un premier temps, le fait de savoir où se situe la ferme nous permet de choisir où on va mettre nos efforts et où ce sera le plus payant de le faire. »

Actuellement, certaines réfl exions sur la rentabilité d’avoir recours aux travaux à forfait ont été amorcées avec leur conseillère en gestion. Même si les idées apportées par les différents intervenants de la ferme ne sont pas toujours mises en application, elles sont réalisables lorsqu’on connaît ses chiffres. Ainsi, la prise de décision ne se fait pas à l’aveugle.

LE COÛT DE PRODUCTION DES FOURRAGES VARIE GRANDEMENT ENTRE LES ENTREPRISES

Selon la base de données d’Agritel (2018), le coût de production moyen de l’ensilage d’herbe et du foin est de 235 $/t MS (Tableau 1). Celui-ci varie de 157 $ à 350 $/t MS chez les 20 % meilleurs et les 20 % pires respectivement.

Tableau 1: Coûts de production moyens du foin et de l'ensilage d'herbe de 2016 à 2018 (Agritel)

Cet écart s’explique en partie par un rendement plus élevé chez le groupe de tête ainsi qu’un coût de machinerie plus faible à l’hectare. Bien qu’on note une superfi cie légèrement supérieure pour le groupe de tête, celle-ci n’est pas la cause principale d’une diminution des coûts de production des fourrages.

Pour l’ensilage de maïs, l’écart entre les 20 % meilleurs et les 20 % pires s’amincit. Le coût de production moyen de l’ensilage de maïs est de 183 $/t, passant de 135 à 261 $/t chez les 20 % meilleurs vs les 20 % pires (Tableau 2). Encore une fois, le rendement plus élevé ainsi que des charges de machineries plus faibles expliquent une grande partie de la différence des coûts de production.

Tableau 2 : Coûts de production moyens de l'ensilage de maïs de 2016 à 2018 (Agritel)

Ainsi, un rendement plus élevé augmente les chances d’afficher un coût de production intéressant.

UN MEILLEUR CONTRÔLE DE L’ENTREPRISE

Pour Gaétan Gaudreau, connaître ses rendements assure un meilleur contrôle de l’entreprise et permet de se situer par rapport aux autres. De plus, les données de rendement de l’entreprise contribuent au calcul du coût réel de production des fourrages. Ainsi, il peut mettre ses efforts aux bons endroits et placer ses priorités dans le bon ordre.

7