ArticleVolume Numéro 26 novembre 2019

Cinq minutes pour mieux vous outiller contre les mycotoxines

Mycotoxines
Partage

Ça doit être un problème de mycotoxine….Est-ce qu’on peut se fier aux résultats d’analyse? Est-ce qu’on devrait utiliser un produit ou un autre? Tant de questions et pas facile de s’y retrouver dans le monde complexe des mycotoxines!

Dans le cadre d’un projet mené par l’équipe du professeur Younès Chorfi de la Faculté de médecine vétérinaire, en collaboration avec Lactanet, des outils d’aide à la décision sur les effets des mycotoxines et l'efficacité des traitements antimycotoxiniques seront développés. 

Pour que ces outils répondent adéquatement aux besoins réels des producteurs, agronomes et médecins vétérinaire, nous avons besoin de votre aide pour répondre à ce court sondage de 5 minutes.

Sondage mycotoxines

 

Cliquez sur l’image pour répondre à un court questionnaire sur vos besoins en information sur les mycotoxines.

 

 

 

À propos des mycotoxines

Les mycotoxines sont des composés organiques complexes et toxiques produits par des moisissures. Elles sont considérées comme un facteur de risque majeur pour les animaux et les humains. La contamination peut avoir lieu au champ, avant la récolte ou lors de l’entreposage.

Bien que certaines mesures de prévention puissent être prises pour en réduire la prévalence, il est très difficile de prévenir la contamination des aliments, en particulier lorsque les conditions climatiques sont favorables au développement des moisissures dans les cultures.

L’impact sur les bovins laitiers

La présence de mycotoxines dans les aliments des animaux d’élevage représente une problématique majeure en production laitière. Les mycotoxines ont pour effet de diminuer l’efficacité immunitaire, entraînant une sensibilité accrue aux infections et aux maladies, des problèmes de reproduction et une réduction des performances zootechniques.

Les symptômes de mycotoxicoses sont variés et peu spécifiques. Chez les bovins, ils peuvent prendre la forme de troubles digestifs, d’une immunosuppression, d’une diminution de la prise alimentaire, du gain de poids, de la production laitière ainsi qu’une augmentation des problèmes de reproduction - mortalité embryonnaire, avortement fréquent, retour en chaleur même si la vache est en gestation. L’ensemble de ces facteurs rendent la vie difficile aux producteurs, agronomes et médecins vétérinaires lorsque vient le temps de décider des actions à prendre.

 

7