Catherine_Cross_1
ArticleVolume Numéro 20 avril 2020

Donner du lait cru aux vaches laitières n'est pas sans RISQUES

Feeding raw milk to dairy cows is not without RISKS
Partage

En raison du contexte actuel, les producteurs cherchent des moyens d'utiliser en toute sécurité leurs excédents de lait à la ferme. Parmi les stratégies envisagées figure l'utilisation du lait comme ingrédient dans la ration totale mélangée, pour laquelle il convient de prendre de sérieuses précautions.

  1. Considérez les recommandations énumérées sur le site Lactanet comme des solutions plus réalisables et plus efficaces sur le plan du travail
  2. Considérer le lait pour sa contribution nutritionnelle à la RTM, en prenant soin de planifier judicieusement :
    • Le lait est une source de nombreux nutriments (gras, protéines, sucres et minéraux) qui peuvent favoriser la croissance d'agents pathogènes nuisibles. Envisagez d'utiliser la pasteurisation par lots, à 63°C pendant 30 minutes avec agitation, si possible.
    • Ne donnez que le lait produit par votre ferme laitière pour éviter d'exposer les animaux à des agents pathogènes inconnus et à des maladies contagieuses. Testez votre lait pour détecter les agents pathogènes, mais prenez en considération le fait qu'il n'y a pas eu d'études scientifiques contrôlées évaluant les risques potentiels à long terme liés à la consommation de lait cru par des vaches adultes.
    • L'uniformité du lait est essentielle. La méthode de collecte du lait et de brassage avant chaque utilisation est nuisible à la stabilité des nutriments (exemple : réservoir de mélange 5 minutes avant le transfert)
    • Le lait peut affecter la stabilité, l'odeur et la qualité de la RTM car il favorise la croissance bactérienne, phénomène accentué par le temps chaud.
      • Envisagez l'ajout d'acides à la RTM, les quantités requises pour une stabilité optimale sont encore à l'étude.
      • Prévoyez le stockage (max. 24 heures sans isolation), le refroidissement et le nettoyage/la désinfection pour réduire la croissance des agents pathogènes
      • Validez comment conserver le lait mélangé dans le réservoir (la crème se sépare)
      • Réfléchissez à la distribution des aliments aux animaux, élimination des refus et nettoyage des mangeoires
      • Vous serez confronté à la lutte contre les mouches (à envisager dans les semaines à venir)
         
  3. Considérations nutritionnelles:
    • La valeur nutritionnelle approximative du lait est de 32 % gras, 26 % de protéine, sur une base de MS, mais elle varie selon les fermes et doit être adaptée à chacune d'entre elles;
    • Il est important de tenir compte de la santé ruminale, de la longueur et de la qualité du fourrage et de l'apport en MS avant d'ajouter du lait
    • La RTM finale devrait se situer autour de 42-44 % de MS (des valeurs de MS plus faibles provoquent un réchauffement de la ration)
    • Limiter la proportion de lait dans la ration à un maximum de 10 à 15% de la ration (3 à 6 kg) ou 0,4 à 0,7 kg de MS
    • La teneur en gras de la ration initiale peut constituer une limitation des taux d'inclusion
    • Les modifications au type d'aliments et à la préparation (les mélanges et suppléments minéralisés ont des restrictions).
    • L'instabilité de la RTM pourrait avoir un effet sur la consommation de MS (le lait entraîne un effet de chauffe)
    • Des stratégies visant à limiter l'impact sur les vaches à forte production peuvent être mises en place
    • Ne pas offrir de lait cru aux jeunes animaux dont le rumen n’est pas suffisamment développé.
    • Ne pas offrir de lait cru aux vaches taries car leur capacité d’ingestion et leur immunité sont plus fragiles et le lait ajoute du calcium et du potassium à la ration.
    • Chez les génisses, surveiller les gains de la cote de l'état de chair, dans la mesure où l’utilisation du lait cru stimule leur consommation.
    • Le lait cru ne peut pas être utilisé si d'autres types d'aliments humides sont déjà inclus dans la ration (lactosérum/eau de macération du maïs)
    • Ne pas servir les restes de ration à d’autres groupes d’animaux.
       
  4. Considérations économiques:
    • Coût des aliments, économies variables d’une ferme à une autre;
    • Coûts d’opération et mise en place du réservoir de stockage, agitateur, réfrigération, nettoyage et désinfection des équipements;
    • Main d’œuvre;
    • Refus (ne peuvent pas être servis à un autre groupe et doivent être jetés);
    • Variations possibles en termes de production de lait et de composants.  
       

L'utilisation de lait cru pour répondre aux besoins nutritionnels de vos animaux présente certains défis, compte tenu des exigences en matière de main-d'œuvre et des risques potentiels pour la santé de votre troupeau. Votre conseiller peut vous aider à définir les meilleures stratégies pour atteindre vos objectifs.

Références

7