Gervais_Bisson_1
ArticleVolume Numéro 17 septembre 2019

Existe-t-il une saveur irrésistible pour attirer les vaches au robot de traite?

Article Saveurs Gervais_vache intriguée
Partage

Cet article a été rédigé en collaboration avec Julie Baillargeon, agr., Experte en transfert du savoir à Lactanet.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas tant l’envie de se faire traire que la gourmandise qui attire les vaches aux robots! Dans l’industrie alimentaire des bovins laitiers, on aimerait bien trouver LE concentré le plus appétissant ou l’additif magique qui favoriserait les passages à la traite.

Une équipe de chercheurs de l’université de la Pennsylvanie ont testé différentes saveurs : la vanille, le thym, l’anis, la mélasse, le fenugrec, l’orange et le miel. Laquelle est la préférée des vaches?

Les sept saveurs testées par les chercheurs de l'université de la Pennsylvanie

Comment les chercheurs ont-ils procédé pour comparer les saveurs?

  • Nombre de vaches : 16
  • Jours en lait moyens : 197
  • Production moyenne : 41,5 kg de lait/j
  • Consommation de matière sèche moyenne : 27,8 kg
  • Logement : stabulation entravée
  • Alimentation : RTM (2/3 ensilage de maïs, 1/3 ensilage de luzerne + concentrés).

On voulait mesurer la prise alimentaire des concentrés dans une situation où la vache avait déjà consommé beaucoup de la ration et avait un peu moins d’appétit. Ainsi, deux heures après la distribution du matin de la RTM, on enlevait complètement la ration et on installait une structure en bois qui contenait quatre choix de concentrés. Il y avait 1.0 kg de concentré dans chaque plat et cette structure demeurait en place pour cinq minutes seulement. On enlevait ensuite la structure de bois afin de peser chacun des plats et on replaçait la RTM devant chaque vache.

Le test a duré six jours et les vaches n’ont pas été habituées à aucune saveur avant le début du test. Il y avait huit concentrés différents, le concentré témoin qui ne contenait pas de saveurs et les sept autres avaient un ajout de saveur. La séquence de distribution des saveurs était aléatoire et chaque vache a reçu le concentré avec la même saveur au moins trois fois dans des locations différentes (gauche, droite, position centrale). Les concentrés n’étaient pas cubés.

Peu de différences et un avantage pour la vanille

Selon les résultats de cet essai, il n’y a pas réellement de différence entre le concentré témoin (sans saveur) et les sept autres. Cependant, on observe une différence entre les différentes saveurs. Les deux moins performantes sont l’anis et l’orange. La plus populaire est la vanille, suivi du fenugrec. Bref pas de conclusion tranchante pour le débat des saveurs.

Tableau 1. Consommation moyenne par période de cinq minutes de chaque plateau de concentrés selon la saveur.

  Témoin  Anis  Fenugrec  Miel  Mélasse  Orange  Thym Vanille
Quantité consommée (grammes)

343

abc

239

c

371

ab

278

bc

292

bc

264

c

321

abc

408

a

Les lettres identiques confirment que d’un point de vue statistique, les résultats sont identiques 

Encore plusieurs questions de goûts à élucider

On sait que la vache a un odorat très développé et les auteurs de l’étude pensent que l’odeur de la saveur qu’il y a autour du robot serait suffisante pour stimuler la vache à se présenter au robot de traite. On ne sait toutefois pas si la stimulation continue longtemps. La pensée populaire veut que l’effet diminue avec le temps, mais cela reste à voir.

On pourrait aussi se demander si les préférences de saveurs demeurent les mêmes quand le statut de reproduction change ? Ou est-ce que les vaches ont des préférences pour des saveurs précises ou des catégories de goûts (sucrés versus épicés par exemple)?

Tant de questions encore à élucider, mais pour l’instant du moins, la saveur magique pour attirer les vaches au robot n’a pas encore été trouvée!!

Références  

Harper M.T. et coll., 2016. Short communication: Preference for flavored concentrate premixes by dairy cowsJ. Dairy Sci. 99:6585–6589.

InFocus: Sweet, Bitter, Salty, Sour, Savory, Progressive dairyman, 2016.

 

 

 

7