Mario_Seguin_1
L'évolution de la production laitière québécoiseVolume Numéro 14 mai 2020

Ferme Pittet inc.: L’importance des données du contrôle laitier

Ferme Pittet inc.: L’importance des données du contrôle laitier
Partage

« C’est essentiel que notre troupeau contribue aux données nationales pour mesurer nos performances et se référer à des analyses comparatives fiables » affirme Alphonse Pittet dont la ferme se hisse au troisième rang québécois de l’IPT 2019 parmi les troupeaux en stabulation libre.

PORTRAIT DE LA FERME

  • Propriétaires : Alphonse et Jérémie Pittet, ainsi que Claire Desaulniers.
  • Nombre de têtes : 505 têtes, 322 vaches, 279 en lactation.
  • Logements : logements en stabulation libre construits en 2016 et 2018 pour les vaches et les taures de 8 mois et plus; parcs sur litière accumulée pour les génisses de 7 jours à 8 mois et les vaches en transition.
  • Nombre d’hectares : 575.
  • Cultures principales : soya, maïs ensilage, avoine.
  • Prairies : luzerne, trèfle, fléole pour les vaches en lait; graminées de foin chloré pour les vaches en transition.
  • Main-d’oeuvre : 7 employés à temps plein, dont 5 travailleurs étrangers temporaires, 2 travailleurs occasionnels.

Lors d’une entrevue téléphonique, Alphonse Pittet exprime sa vision de l’importance du contrôle laitier : « Malgré notre investissement dans un système de traite informatisé, nous demeurons convaincus de l’apport essentiel des grands troupeaux aux données de contrôle laitier. C’est important pour développer de nouveaux critères de sélection dont le coefficient d’efficacité alimentaire. Trop de producteurs, et des intervenants qui vendent les systèmes, ne pensent pas à ça. Plus on aura de l’information dans les banques de données nationales pour améliorer la génétique, plus on pourra adapter la production laitière en fonction des besoins des marchés. »

Le contrôle laitier apporte de nombreuses analyses comparatives que les gestionnaires de la Ferme Pittet utilisent pour identifer les points forts et les points faibles de l’entreprise, tels que les critères technico-économiques. « Les données sont fondamentales! » ajoute Alphonse.

La Ferme Pittet utilise le service Valeur-conseil; Patrick Laberge est leur conseiller Lactanet. Les tâches de Patrick incluent l’observation des états de chair pour les vaches taries et celles en début de lactation, le calcul des coûts des concentrés et des rations et l’analyse des poids des génisses au sevrage et à la saillie avec le logiciel PROM-S pour suivre l’évolution de leur croissance au fil des ans. Des correctifs aux protocoles de gestion des veaux ont déjà été apportés grâce à ces mesures. L’Indice de transitionMD est suivi à chaque visite du conseiller : « Ce n’est pas gênant de payer pour ces rapports » précise Alphonse.

Il se dit impressionné par tout ce que l’on peut obtenir avec les échantillons analysés en laboratoire. « Ce sont des données très pertinentes pour appuyer la gestion du troupeau » dit-il. Il donne en exemple le nouveau service d’analyses PROFILab. « On se fait dire qu’avec les systèmes de traite informatisés qui mesurent le lait de chaque vache, le contrôle laitier n’a plus sa place… pour nous, il demeure primordial ». Il ajoute que les rapports de comptage des cellules somatiques demeurent importants pour éviter les dérapages en santé du pis et motiver les employées à respecter les protocoles avec les données concrètes.

LES PROTOCOLES

Avec les employées à la ferme, la Ferme Pittet a implanté des protocoles de tâches, traites, soin des veaux, santé du pis, etc. qui favorisent l’atteinte des résultats favorables. « Les protocoles doivent être simples, écrits et bien enseignés aux employés. Les résultats dépendent de leur bonne application. C’est mon rôle en tant que gestionnaire de m’assurer que les employés appliquent les protocoles. Ce sont des écrits indispensables. »

FAVORISER LA LONGÉVITÉ DU TROUPEAU

La Ferme Pittet utilise le service de publication des relevés de lactations. « J’apprécie les reconnaissances aux vaches qui ont produit 100 000 kg et plus » avoue Alphonse. La nouvelle étable des vaches construite en 2017-2018 a apporté des résultats concrets à leur longévité : en 18 mois, la proportion des vaches en 3e lactation et plus est passée de 38 % à 53 % du troupeau. Les logettes de sable et l’ajout de litière de paille et de copeaux de bois dans les allées conservent les pieds au sec, ce qui améliore la santé des onglons. « Nous n’avons pas besoin d’utiliser de bains de pieds, il n’y a pas de piétin d’Italie » affirrme Alphonse.

Les installations comprennent de nouveaux parcs pour les vaches en transition qui sont sur litière accumulée. Ces parcs de grandes dimensions favorisent les vêlages faciles et réduisent le stress pendant cette période cruciale. « L’espace pour ce groupe de vaches est l’un des plus rentables que nous avons fait pour favoriser la production et la longévité » précise Alphonse.

LA SÉLECTION GÉNÉTIQUE

Le choix de taureaux se limite à de jeunes taureaux à forte valeur génomique selon le Pro$ et l’accent est mis sur les caractères fonctionnels, dont la sélection de femelles avec un bon système immunitaire.

Toutes les génisses sont testées à un jeune âge avec la génomique. Les meilleures 40 % sont inséminées avec de la semence sexée, les femelles 25 % inférieures avec de la semence de taureaux de boucherie, et les autres vaches avec de la semence régulière de taureaux génomiques.

LA SATISFACTION D’UN HAUT POINTAGE IPT

« Ces bons résultats de l’IPT depuis quelques années valorisent le travail de toute notre équipe de gestionnaires, des employés et des intervenants. L’IPT repose sur des critères utilisés à l’échelle nationale et c’est une référence valable de la gestion globale du troupeau. Évidemment, la santé financière d’une ferme repose sur de nombreux autres critères comme le taux d’endettement, l’efficacité de la main d’oeuvre, le coût des concentrés et des fourrages mais l’IPT peut servir à démontrer les capacités de gestion d’un entrepreneur. C’est mon rôle d’apporter du leadership à toute l’équipe pour valoriser le travail! » conclut Alphonse.


La nouvelle étable qui a accueilli les vaches en lactation en 2018.

Photo: Ferme Pittet inc.
7