Jean-Philippe Laroche, agr.
ArticleVolume Numéro 17 juillet 2020

Huit stratégies pour augmenter ses provisions de fourrages – aux champs

Huit stratégies pour augmenter ses provisions de fourrages – aux champs
Partage

Dossier sécheresse

En collaboration avec Karen Bergeron, Annick Desjardins, François Labelle, Audrey Lacroix, Diane Lequin et René Roy.

Malgré l’avancement de la saison, plusieurs options sont encore possibles pour augmenter l’approvisionnement en fourrages, après la vérification de l’inventaire et des besoins. Nous avons rassemblé pour vous, ci-dessous, une liste de stratégies et quelques conseils pratiques à appliquer à la récolte et aux champs.

L’applicabilité de ces stratégies varie selon les régions et les entreprises. Nos conseillers sont là pour vous guider dans le choix de la meilleure option pour votre situation. Consultez aussi nos pistes de solutions à l’étable.

1. Minimiser les pertes d’ensilage à l’entreposage et à la reprise

  • Travailler proprement
  • Minimiser le temps entre la fauche et la mise en silo
  • Récolter selon le pourcentage de matière sèche recommandé
  • Favoriser des conditions anaérobies rapidement
    • Hacher à la longueur appropriée
  • Maintenir l’étanchéité du système
  • Reprendre une quantité suffisante selon la saison

Pour plus d’informations sur cette stratégie :

2. Fertiliser en azote pour augmenter les rendements

  • Si la sécheresse persiste
    • L’azote ne sera pas assimilé
    • Attention, si la pluie a repris dans les semaines précédant la récolte, la teneur en nitrate du fourrage récolté pourrait être élevée
  • Si le sol est humide en profondeur
    • Fertiliser selon les recommandations de votre plan agroenvironnemental de fertilisation (généralement entre 50 et 75 kg d’N/ha)

3. Effectuer une fauche automnale (rendement probable de 1,0 à 2,5 t MS/ha)

  • Attendre au moins 50 jours après la dernière fauche
  • Idéalement, faucher juste avant un risque de gel mortel (maximum 48 heures après)
  • Laisser un chaume plus haut, pour mieux retenir la neige (minimum de 10 cm, ou 4 po)

4. Ensiler des cultures non destinées à la production de fourrages

Si vous n’avez pas suffisamment de capacité d’entreposage, vous pouvez faire des silos presses ou ensiler par-dessus de l’ensilage d’herbe. Plusieurs cultures peuvent être ensilées et servies aux ruminants :

  • Maïs-grain (rendement probable de 8,5 à 17,5 t MS/ha)
    • Attention à la teneur en nitrate lors d’une sécheresse
  • Céréales à paille (rendement probable de 4,0 à 8,5 t MS/ha)
    • Récolter près du stade épiaison pour les vaches en lactation
    • Récolter au stade laiteux ou pâteux pour les vaches taries
  • Soya (rendement probable de 5,5 t MS/ha)
    • Récolter au stade R3-4
  • Engrais vert de légumineuses

5. Acheter des fourrages

  • À prévoir le plus tôt possible
  • Dans la mesure du possible, éviter de payer plus cher que la valeur alimentaire du fourrage
  • Consulter le site Haybec pour trouver du foin ou de la paille à vendre

6. Semer une culture annuelle d’urgence

Pour cette stratégie, il est recommandé d’éviter, autant que possible, le travail du sol (car cela augmente l’assèchement). Pour assurer le succès du semis, une pluie est nécessaire sur les plantules. Le roulage est également important pour favoriser le contact sol-semence. Idéalement, ces cultures devraient être récoltées en ensilage, puisque le foin est difficile à réussir en automne. Dans tous les cas, il faut faucher juste avant un gel, afin de ne pas diminuer la valeur nutritive.

Quelques options :

  • Avoine fourragère (rendement probable de 1,0 à 2,0 t MS/ha)
    • Semer le plus tôt possible en août
    • Possible de combiner avec du pois ou du trèfle annuel
  • Herbe de Soudan ou sorgho
    • Semer au plus tard à la fin juillet
    • Possible de combiner avec du trèfle
  • Trèfle d’Alexandrie
    • Semer le plus tôt possible en août

7. Stratégies spécifiques pour les pâturages

  • Diminuer la pression sur les pâturages existants
    • Complémenter davantage à l’étable
    • Faire entrer les vaches dans une parcelle à 25 cm (10 po) et les faire sortir à 10 cm (4 po)
  • Offrir plus de superficies en pâturage
    • Offrir des prairies trop courtes pour être récoltées mécaniquement
    • Semer une espèce annuelle (Tableau 2) et consulter un conseiller pour les recommandations spécifiques de pâturage pour ces plantes

Tableau 2            Cultures annuelles pouvant être semées durant l’été pour la paissance.

Culture annuelle

Date de semis la plus tardive

Rendement possible

(t MS/ha)

Stade recommandé de paissance

Avoine

Fin août

2,5

Montaison ou début de l’épiaison

Chou fourrager

Fin juillet

9,0

10-15 semaines après le semis

Colza fourrager

Mi-juillet

7,0

10-12 semaines après le semis

Navet fourrager

Mi-juillet

6,0

10-12 semaines après le semis

Seigle d’automne

Fin août

1,0-1,5

7 semaines après le semis ou au début du printemps suivant

Triticale d’automne

Mi-septembre

1,0-1,5

7 semaines après le semis ou au début du printemps suivant

 

8. Agir maintenant pour de meilleurs rendements l’an prochain

Pour maximiser les chances d’obtenir de meilleurs rendements tôt l’an prochain, il est possible d’agir dès maintenant. Voici deux options possibles :

Semis de prairies en août

  • Nécessite de 6 à 8 semaines de croissance sans gel
  • Ne pas utiliser de plantes abris
  • Semer seulement quand on annonce quelques jours de pluie
  • Pensez à utiliser des espèces plus résistantes à la sécheresse

Semis de seigle d’automne (rendement probable de 4,5 t/ha)

  • Semis possible jusqu’à la fin septembre
  • Récolte au printemps prochain (mi-mai) au stade gonflement
  • Possibilité d’implantation de prairie
    • Semer tôt à même le seigle 

À lire aussi : 

7