Mario_Seguin_1
L'évolution de la production laitière québécoiseVolume Numéro 13 mai 2020

Ferme Drahoka inc.: Le résultat d’une gestion d’équipe

LA FERME DRAHOKA INC.: Le résultat d’une gestion d’équipe
Partage

Pour une cinquième année consécutive, la Ferme Drahoka se hisse parmi les troupeaux avec un IPT 99 et, pour l’année 2019, elle occupe le premier rang canadien dans la catégorie des troupeaux en stabulation entravée. Les frères Francis et Sylvain Drapeau, maintenant aidés de Maxim, le fils de Sylvain, ont adopté une gestion efficace de la santé et de la reproduction qui leur permet de se maintenir au sommet.

PORTRAIT DE LA FERME

  • Propriétaires : Sylvain et Francis Drapeau.
  • Main-d’oeuvre : Maxime, fils de Sylvain, employé à temps plein depuis 2018.
  • Nombre d’acres : 500.
  • Cultures principales : Maïs ensilage, orge, prairies de luzerne, fléole des prés et fétuque.
  • Nombre de têtes : 270, dont 112 vaches en lait.
  • Stabulation entravée pour les vaches en lactation.
  • Stabulation libre sur litière accumulée pour les sujets de remplacement et les vaches taries.

LE TRAVAIL BIEN FAIT

« On nous demande c’est quoi notre truc pour avoir ce classement… Il n’y a pas vraiment de trucs, il y a du travail à faire, il ne faut rien laisser au hasard et avoir une bonne routine » mentionnent Francis et Sylvain Drapeau.

Cette routine comprend une bonne méthode de traite, la médecine préventive aux deux semaines, de bonnes rations alimentaires, les bons soins avant et lors du vêlage, des places confortables, beaucoup de paille et le passage, plusieurs fois par jour, en arrière et en avant des vaches.

LA MÉDECINE PRÉVENTIVE

« Toutes les vaches sont vérifiées à chaque vêlage, incluant les taures, pour voir s’il y a un agent pathogène dans le pis » mentionne Francis. Ces tests de dépistage du lait sont faits lors de la visite de médecine préventive qui se réalise en continue depuis 10 ans. Si on constate une infection, elle est traitée rapidement et ce protocole a un effet bénéfique sur la santé du pis du troupeau et le comptage des cellules somatiques. Le vétérinaire reçoit les données du contrôle laitier et agit d’une façon proactive pour régler les cas lorsqu’il y a des résultats douteux. Selon les frères Drapeau, beaucoup de prévention et de vaccination réduisent les problèmes de santé.

LA REPRODUCTION

« Nos chiffres indiquent un taux de gestation de plus de 37 % pour la dernière année » affirme fièrement Sylvain qui se fait dire que c’est l’un des meilleurs taux au Québec. Ils utilisent des protocoles de synchronisation des chaleurs pour inséminer les vaches au bon moment. Ce taux de gestation favorise un intervalle de vêlage court qui tourne autour de 385 jours.

Les génisses sont saillies dès l’âge de 12 mois et l’âge visé au premier vêlage est de 21-22 mois. « Nous en avons manqué quelques-unes l’an dernier qui ont vêlé à 24-25 mois » confie Francis. Afin de minimiser ces cas, les Drapeau viennent de s’équiper de puces de détection de chaleur qui seront apposées aux étiquettes d’oreilles.

La semence sexée de taureaux est utilisée avec un taux de gestation comparable à la semence régulière et les meilleurs taureaux de di! érents fournisseurs sont sélectionnés. « Nous avons eu beaucoup de génisses et la semence de taureaux de race Angus est utilisée pour ne pas en avoir trop » précise Maxim qui s’occupe de la sélection génétique.

L’an passé, les Drapeau ont vendu quelque 80 jeunes vaches, dont plusieurs à des producteurs qui s’équipent de robots de traite. Ils apprécient la taille moyenne, les trayons bien placés et la santé des sujets de la Ferme Drahoka.

LA LONGÉVITÉ

Les Drapeau visent à conserver les vaches pour plusieurs lactations et près de 45 % en sont à leur troisième lactation et plus. « La longévité, ça vient quand les vaches vêlent bien, qu’elles n’ont pas de mammites et sont gestantes rapidement » précise Sylvain. Une moyenne de jours en lait basse et plus de vaches adultes signifient plus de lait par vache par jour au réservoir. Les Drapeau estiment avoir amélioré la longévité d’une lactation depuis la construction de l’étable sur litière accumulée en 2017. Cette étable comporte des parcs pour les vaches taries, dont l’un pour les vaches en transition. Les soins de la transition sont appliqués 30 jours avant le vêlage, tant pour les vaches que les taures.

LE FUTUR

Les Drapeau ont des projets d’investissement qui vont favoriser la rentabilité et la qualité du travail. Ils sont à planifier la construction d’une pouponnière qui inclura une louve. Ils viennent aussi de finaliser l’achat d’un séparateur à fumier pour réduire les besoins de litière avec du fumier recyclé. Il s’agira de la première ferme de la région en stabulation entravée à se prémunir de cet équipement. Les frères Drapeau visent toujours à améliorer le troupeau et sa rentabilité avec plus de lait par vache tout en conservant un intervalle de vêlage court et des pis en santé.

L’étable froide sur litière accumulée construite en 2017 pour les taures et les vaches taries a contribué à améliorer la longévité des vaches d’environ une lactation.

7