Steve_Adam_1
ArticleVolume Numéro 24 mai 2019

La FIL publie son Guide 2.0 sur le bien-être des bovins laitiers

La FIL publie son Guide 2.0 sur le bien-être des bovins laitiers
Partage

La fédération internationale du lait (FIL) a dévoilé en avril dernier sa version 2.0 du Guide pour un bon bien-être animal dans l’industrie laitière.

Il y a eu beaucoup d’évolution dans la production laitière depuis l’édition précédente qui avait été publiée en 2008. Ce guide a été techniquement soutenu par l’Organisation de l’Agriculture et de l’Alimentation des Nations-Unies (OIE) et l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (FAO).

À quoi sert ce guide international?

Bulletin IDF Guide

Il constitue la base sur laquelle on peut s’appuyer pour l’élaboration de codes ou de programmes d’évaluation du bien-être en production laitière comme par exemple le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des bovins laitiers du Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage du Canada. Il suggère des champs d’actions, mais aussi des éléments ou comportements à observer pour permettre d’évaluer le bien-être à la ferme.

 

Les cinq champs d’action du guide

Cinq champs d’actions clés ont été déterminés pour assurer une bonne gestion du bien-être des bovins laitiers dans le monde :

  1. Manipulation des animaux
  2. Nourriture et eau
  3. Logement / Environnement
  4. Pratiques à la ferme
  5. Gestion de la santé

Plusieurs principes de base sont suggérés pour satisfaire aux exigences de chaque champ d’action. En voici quelques exemples :

Pour la manipulation des animaux, les personnes doivent favoriser une relation positive avec les animaux afin de ne pas leur causer de blessures, de panique, de peur ou des stress évitables. Les manipulateurs doivent avoir les connaissances nécessaires.

Des aliments et de l’eau doivent être accessibles en qualité et quantité suffisante en fonction de l’âge des animaux pour permettre de maintenir une santé et une productivité normales et pour prévenir des périodes prolongées de faim, de soif ou de malnutrition.

Le logement ou tout endroit où circulent les animaux doit être adapté pour l’espèce afin de minimiser les risques de blessure, de douleur et les risques de transmission de maladies ou parasites aux animaux.

La qualité de l’air, la température et l’humidité doivent permettre de garder les animaux en santé. Dans des conditions de températures extrêmes, les animaux ne doivent pas être privés de leur méthode de thermorégulation naturelle.

Pour ce qui est de l’environnement physique, il doit contenir une surface de couchage confortable, permettre les mouvements sécuritaires et des changements de postures normaux.

Les animaux doivent avoir l’opportunité d’exécuter les comportements naturels qu’ils ont l’habitude de faire ou la motivation pour les faire.

Les animaux en groupe doivent être gérés afin qu’ils aient un comportement social positif et des comportements qui vont minimiser les risques de blessure, de détresse ou de peur chronique.

Pour ce qui est des pratiques à la ferme, la sélection génétique doit toujours tenir compte de la santé et le bien-être des animaux. Les animaux choisis pour être dans un nouvel environnement doivent être adaptés au climat et aussi capables de s’adapter aux maladies, aux parasites et à l’alimentation de ce nouvel environnement.

Quand des procédures douloureuses doivent être pratiquées et ne peuvent être évitées, la douleur résultante doit être soulagée par l’une des nombreuses méthodes disponibles.

La gestion de la santé doit être assurée par la prévention de maladies et de parasites et être contrôlée par des bonnes pratiques de gestion. Les animaux avec des maladies sérieuses doivent être isolés et traités rapidement ou euthanasiés humainement si les traitements ne sont pas faisables ou inefficaces.

Qu’y a-t-il de nouveau par rapport au guide canadien actuel?

La majorité des exigences de ce guide sont déjà couvertes par le code de pratiques canadien, à l’exception des deux suivantes :

  • un environnement dont la qualité de l’air la température et l’humidité permet de garder les animaux en santé;
  • la possibilité pour les animaux d’exécuter les comportements naturels qu’ils ont l’habitude de faire ou la motivation pour les faire.

 

Comment voyez-vous ces recommandations? Sont-elles logiques, raisonnables, exagérées, encourageantes, menaçantes, décourageantes…? Je suis intéressé à lire vos commentaires ci-dessous.

7