Gervais_Bisson_1
ArticleVolume Numéro 21 octobre 2019

La rumination est-elle liée au test de gras ?

Collier blogue de Gervais - Copie
Partage

Article écrit en collaboration avec Julie Baillargeon, agr.

En regardant les résultats du test de gras, Régis est un peu découragé; le résultat du gras au réservoir est encore à la baisse ce mois-ci. Dans le but de ralentir le transit ruminal, il ajoute de la paille à la ration. Il espère aussi pouvoir mesurer une augmentation du temps de rumination par les capteurs au cou de ses vaches. Entre avril et la mi-juin, la quantité a augmenté de 300 g à 1,4 kg. En vain. Le test de gras ne bouge pas et les minutes de rumination sont stables (graphique 1).

Graphique 1. Variation du test de gras et de la rumination au cours de la période de février à juillet 2018 pour la ferme de Régis.

Suite à plusieurs analyses, il semble qu’un ingrédient protéique, dont le taux d’huile est beaucoup plus élevé qu’anticipé, soit en cause. On change la source de protéine et le test de gras commence à remonter aussitôt. Et la rumination ne change pas.

Le temps de rumination est-il donc lié à la production de gras? Voyons ce que les recherches disent sur le sujet.

Les paramètres d’alimentation qui influencent la rumination

La rumination est un processus essentiel à la digestion des aliments pour le ruminant. Le réflexe normal nous fait conclure qu’il doit y avoir un lien entre les paramètres d’alimentation et la rumination. Dans une revue de 60 articles scientifiques sur la rumination, Karen Beauchemin a relevé que les facteurs alimentaires suivants influencent le temps de rumination (tableau 1).

Tableau 1. Corrélation entre les paramètres d’alimentation et la rumination.

Même si plusieurs paramètres ont une influence sur la rumination, il faut reconnaitre que ces paramètres sont tous liés entre eux et qu’aucun n’a une influence majeure sur la rumination. Le deuxième plateau d’un tamis à fourrage est souvent relié à la santé du rumen et c’est le facteur qui influence le plus la rumination.

Peu de lien avec le test de gras

Comme Régis, on a souvent tendance à relier le test de gras à la rumination; « si la rumination descend, on s’attend à observer une baisse du test de gras et si elle est normale, alors le test de gras devrait l’être aussi. Danielle Andreen, étudiante de l’université de Pennstate, a vérifié ces affirmations dans un projet de recherche.

Plus de 1800 vaches réparties dans cinq troupeaux commerciaux ont fait l’objet de cette étude. Les données de rumination étaient recueillies sept jours avant la journée du contrôle laitier. Tous les échantillons de lait ont été analysés pour le gras. Trois fermes possédaient des médaillons d’oreilles pour mesurer la rumination et les deux autres utilisaient le collier. Les systèmes de détection de la rumination étaient en place depuis plus de six mois dans  toutes les fermes. Le graphique 2 nous donne une illustration de la relation entre le test de gras et la rumination. Chaque point est le résultat d’une vache.

Graphique 2. Relation de la rumination mesurée avec deux systèmes de capteurs en fonction du test de gras.

Les deux systèmes de capteurs montrent un résultat commun : il n’y a pas de lien entre le test de gras et la rumination.  Quand le test de gras est bas, certaines vaches ont des résultats de rumination bas et d’autres hauts. De même, quand la rumination est basse, certaines vaches ont des de test de gras bas et d’autres  hauts.

Souvent, la diminution du test de gras est causée par une quantité importante d’huile dans la ration. Cela fait en sorte que les acides gras ne sont pas complètement hydrogénés et vont influencer à la baisse le test de gras. Ainsi, une ration qui contient un peu plus de gras insaturés (huiles) n’aura pas beaucoup d’influence sur la rumination des vaches. Cela explique le cas vécu par Régis en début d’article.

Le constat du peu de relation entre la rumination et le test de gras peut causer une certaine déception. Pourtant, la rumination est un processus important dans l’alimentation de la vache laitière !

Mais comme on l’a vu, plusieurs paramètres influencent la rumination et il y a probablement beaucoup de variations qui est associé à la vache. Aussi, il reste beaucoup de recherche à faire afin de mieux définir le lien entre l’alimentation et la rumination. En attendant, la rumination demeure probablement une des données les plus fiables pour dépister les problèmes de santé.

 

Référence: Can rumination data improve nutritional management ? Danielle Andreen, Kevin Harvatine, PennState University, janvier 2018

 

 

7