Débora_Santschi_1
ArticleVolume Numéro 8 avril 2019
Débora SantschiPh.D., agr.

Le profil d’acides gras du lait : on va en faire quoi exactement?

Le profil d’acides gras du lait : on va en faire quoi exactement?
Partage

Le profil d’acides gras du lait, tout le monde en parle! Ça semble super prometteur! Ça va répondre à un tas de questions! On a hâte que ça soit disponible au Québec et à travers le Canada!

Mais, entre vous et moi, ça va nous servir à quoi exactement?

Tout d’abord, qu’est-ce que le profil d’acides gras du lait?

Bien qu’utilisé depuis des années dans le suivi des performances de vaches ou de troupeaux, le gras est en fait la somme de tous les acides gras (AG) qui le composent et de quelques autres molécules très mineures (le cholestérol et le glycérol par exemple). Donc, le profil d’AG est en réalité une analyse plus détaillée du gras du lait.

Habituellement, on analyse les AG du lait par chromatographie en phase gazeuse (GC), une technique très coûteuse et laborieuse (150 $ et environ 4h par échantillon). Il est maintenant possible d’estimer les principaux AG du lait à partir d’une analyse infra-rouge (celle qu’on utilise pour le contrôle laitier), donc en même temps que l’analyse des autres composants comme le gras, la protéine, le lactose, le BHB, etc. Tout ça en 6 secondes  environ! Bien sûr, on ne peut pas analyser l’ensemble des AG du lait par cette méthode, mais on peut néanmoins identifier des groupes d’AG qui renferment des informations précieuses pour aider au suivi des troupeaux laitiers. Voici les groupes les plus intéressants (Figure 1) :

Groupes d’acides gras intéressants

  • AG de novo : AG à chaine courte (14 carbones ou moins) synthétisés exclusivement dans la glande mammaire à partir du butyrate et de l’acétate, deux précurseurs provenant de la fermentation ruminale (évaluent la santé ruminale);
  • AG Préformés : AG à chaine longue (15, 17 et 18 carbones et plus) provenant principalement de l’alimentation ou de la mobilisation des réserves corporelles (indiquent par exemple si les vaches maigrissent);
  • AG Mixtes : AG de 16 carbones provenant autant de la synthèse dans la glande mammaire que du sang (alimentation ou mobilisation de réserves).

Et à quoi sert le profil d’acides gras du lait?

Le profil d’AG peut être réalisé autant dans le lait du réservoir que dans le lait de vaches individuelles. Voici quelques applications concrètes de cette nouvelle analyse :

Dans le lait de réservoir

  • Prédire des chutes de composants

Lors d’un changement d’ensilage ou d’un facteur externe affectant la consommation ou la digestibilité des fourrages, il est fort probable que le profil d’AG du lait soit modifié quelques jours avant que le taux de gras ou la production laitière ne soient affectés. Un tel indicateur permettra donc de réagir plus rapidement pour éviter les chutes de composants ou de production, ou du moins réduire l’ampleur de la chute.

  • Évaluer l'effet des additifs

Certains aliments ajoutés à la ration ont pour objectif de modifier la fermentation ruminale ou d’échapper justement au rumen et d’intervenir sur les composants. Le profil d’AG permettra donc d’évaluer le mécanisme et la réponse des vaches à ces aliments.

  • Prédire les émissions de méthane

Plusieurs équipes de recherche à travers le monde ont démontré une corrélation intéressante entre le profil AG du lait et les émissions de méthane des troupeaux. Ce n’est peut-être pas la première utilisation qu’on fera du profil AG, mais ce sera très certainement un sujet chaud dans les années à venir.

  • Promouvoir des laits de spécialité

Les vaches nourries à l’herbe et vaches ayant accès au pâturage ont un profil d’AG différent des vaches nourries avec des rations plus à base de maïs. Une analyse du profil d’AG du lait pourrait permettre de confirmer l’application du cahier de charges de certains types de production et donc de promouvoir ces laits de spécialité.

Dans l’échantillon de contrôle laitier

  • Prédire le pH ruminal

Bien moins invasif que les méthodes traditionnelles utilisées pour mesurer le pH ruminal, le profil AG pourra nous permettre d’évaluer la santé ruminale. Une information très utile pour nos vaches en début de lactation qui pourra nous permettre d’optimiser nos pratiques en période de transition et nos rations.

  •  Comprendre le statut métabolique

Le profil AG peut permettre d’estimer la perte de poids des vaches en début de lactation et d’évaluer l’impact sur la santé et les performances de reproduction. Jumeler cette information au BHB pour créer un nouvel indicateur pour les producteurs semble prometteur. À suivre!

En bref, un sujet dont on entendra très certainement parler beaucoup dans les prochaines années. Le profil AG nous permettra de mieux comprendre le métabolisme des vaches et d’optimiser les rations et la régie dans les troupeaux. Il y a fort à parier qu’il y aura aussi un intérêt de la part des transformateurs pour identifier les profils AG qui permettent de meilleurs rendements et optimisent la transformation du lait.

7