Steve_Adam_1
ArticleVolume Numéro 18 décembre 2020

Le Québec adopte les nouvelles pratiques!

Le Québec adopte les nouvelles pratiques!
Partage

Avec les recherches effectuées ces dernières années et la diffusion de l’information, les résultats du questionnaire portant sur le Portrait de la production laitière au Québec mettent en lumière le fait que les producteurs adoptent les nouvelles pratiques. Toutefois, on y voit aussi que certaines nouvelles pratiques peuvent prendre plus de temps avant d’être intégrées.

Le logement des veaux

Au Québec, 43 % des fermes sondées jusqu’à présent logent leurs veaux de façon individuelle et en liberté alors que 41 % préconisent l’élevage en groupe ou en paire.

Auparavant, il était recommandé que les veaux soient élevés séparément pour réduire les risques de maladie. La recherche a depuis prouvé les avantages de la socialisation en bas âge, tant au niveau de la croissance que pour diminuer le stress après sevrage.

Selon vous, pourquoi 60 % des fermes n’adoptent-elles pas l’élevage en paire ou en groupe ?

Sevrage

La majorité des fermes québécoises procède au sevrage des veaux entre 51 et 70 jours. C’est une pratique qui est recommandée si la consommation et la digestion d’aliments solides sont adéquates pour supporter une bonne croissance.

Comment se déroule la période de sevrage pour votre ferme? Sur combien de jours réduisez-vous la quantité de lait offerte?

Quantité de lait

La quantité de lait recommandée a beaucoup changé depuis les dernières décennies. On est passé d’une recommandation de 4L par jour à 8L par jour pour assurer une croissance optimale et pour maximiser la production laitière à l’âge adulte.

Cependant, il y a encore près de 27 % des entreprises qui n’atteignent pas le 8 litres de lait recommandé.

Qu’est-ce qui motive votre choix ou qui vous freine à donner plus de lait ?

Le mode d’alimentation du lait

Les études l’on prouvé, le fait d’offrir le lait à l’aide d’une tétine favorise une meilleure digestion et une plus grande production de salive et d’enzymes. De plus, la tétine réconforte les veaux en répondant à leur besoin de téter. Cependant, près de 25 % des fermes utilisent toujours le traditionnel seau sans tétine.

Pour ceux qui utilisent encore les chaudières traditionnelles, quelles sont les raisons qui motivent votre choix de poursuivre avec cette pratique?

Comme vous l’avez remarqué, la science vise à trouver des façons de faire pour améliorer l’efficacité de la production laitière. Cependant, ces pratiques gagnantes prennent parfois du temps avant d’être implantées à la ferme. Un bon portrait de la production laitière au Québec permettra de voir si les pratiques recommandées sont réellement adoptées et si les bénéfices attendus sont au rendez-vous.

 

PARTENARIAT CANADIEN pour l'AGRICULTURECe projet est financé par l’entremise du programme Innov’Action agroalimentaire, en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture, entente conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec.

7