Mario_Seguin_1
ArticleVolume Numéro 16 octobre 2020

Les données vous parlent…êtes-vous à l’écoute?

Les données vous parlent…êtes-vous à l’écoute?
Partage

Les données de gestion de troupeau sont incontournables afin de mesurer les performances et progresser. Le suivi de différents critères de gestion et les actions mises en place pour les améliorer ont un impact certain sur la rentabilité du troupeau. Voici trois situations concrètes où les données, les services et les outils Lactanet ont été déterminants dans l’amélioration des performances de troupeaux desservis par nos conseillers.

Situation 1 : Les 5 clés du succès de l’Indice de transition 

Stirling Dorrance, conseiller Lactanet dans la région de l’Atlantique, guide ses clients à améliorer divers aspects de la gestion du troupeau. Il analyse, entre autres, les données de contrôle laitier ainsi que certains indicateurs de gestion pour identifier les facteurs limitant les performances et la rentabilité de leurs troupeaux. Un des indicateurs qu’il utilise couramment est l’Indice de TransitionMC. Il applique avec ses clients les cinq éléments-clé ci-dessous qui ont un impact direct sur les problèmes de transition :

Comment réduire le risque d'échec de la transition

  1. L'espace adéquat à la mangeoire
  2. La réduction du stress lié aux changements de groupe
  3. La taille adéquate des logettes et des enclos
  4. Un bon confort de la surface de repos
  5. Une ration équilibrée selon la date prévue de vêlage

Lors d’une visite chez un client en décembre 2018, Stirling constate une problématique avec la gestion des vaches taries à partir d’un Indice de transition fortement négatif (graphique 1). Pour ce client, comme pour plusieurs autres, la construction d’une nouvelle étable n’était pas une option pouvant être considérée à court terme. Les améliorations devaient donc être réalisées dans les installations existantes.  Il a proposé à son client de revoir le programme des vaches taries en améliorant l’espace à la mangeoire, le mouvement, le confort et la ration. Ces changements ont permis, sur une période d’un an, de faire passer la moyenne mobile 90 jours de -740 à +521!

Graphique 1 : Évolution de l’Indice de transition d’un troupeau :    

  Graphique 1: Évolution de l'Indice de transition d'un troupeau

Cet accroissement de l’indice de transition a réduit les problèmes au vêlage et l’incidence des maladies post-partum ce qui, par conséquent, a facilité la gestion des vaches fraîches. Une réduction des traitements et des frais vétérinaires ainsi qu’une amélioration de la reproduction ont aussi pu être observées.  

Situation 2 : Attention aux pics en lait!  

Les pics de lactation sont l’un des critères du troupeau attentivement surveillé par Jennifer Donahue, conseillère stratégique. L’application Lactanet Mobile propose un graphique du Lait au pic par parité avec des valeurs aux 16 derniers tests de contrôle laitier. Elle a donc fait appel à cet outil pour un de ses clients dont le troupeau ne produisait pas à un niveau satisfaisant. Pour cerner le problème, les pics de lactation ont été analysés en début d’année 2020 (Graphique 2).

Les pics insuffisants suggèrent que l’alimentation n’était pas optimale pour les vaches en période de transition ou en début de lactation. Une problématique identifiée par la conseillère était qu’une seule ration en RTM formulée pour l’ensemble du troupeau ne comblait pas les besoins des vaches en début de lactation. Elle a donc recommandé d’ajouter du maïs et un tourteau de soya en « top dress » aux vaches en début de lactation. L’impact de ce changement sur les pics a été rapide comme on peut le voir sur le graphique. En moins de deux mois, ce changement a amélioré la valeur du lait sur une base 305 jours de 500 $ par vache.  

Graphique 2 :

Graphique 2

Situation 3 : Prendre les mesures qui s’imposent pour réduire les frais d’élevage!

Un gestionnaire d’un troupeau d’une centaine de vaches et client du service Valeur-Conseil de Lactanet était en quête d’amélioration de la rentabilité. Son conseiller a identifié que l’élevage des génisses offrait un bon potentiel de gains pour l’entreprise : la croissance n’était pas optimale et l’âge moyen au premier vêlage avoisinait 25 mois avec beaucoup de variation entre les sujets. Une étude récente à l’époque indiquait que l’âge idéal au 1er vêlage se situait à 23 mois.

Pour améliorer ce poste, le programme d’élevage des génisses a été revu avec le conseiller. Le programme révisé insistait sur l’importance de prendre le poids des génisses au ruban à des moments-clé pour disposer de mesures justes et périodiques de leur croissance, soit :

  1. À la naissance
  2. Au sevrage
  3. Aux deux mois par la suite jusqu’à la première saillie.

La prise de poids régulière des génisses permet de valider que le gain moyen quotidien est adéquat selon chaque groupe d’âge. Dans le cas où un retard de gain serait observé, il serait facile d’identifier la période où il faut s’ajuster. L’objectif fixé par le producteur était d’atteindre près de 400 kg de poids à la première saillie, vers l’âge de 12-13 mois.

L’application du programme a permis une première saillie plus jeune, vers l’âge de 1 an, puisque les poids des taures le justifiaient. L’attention particulière apportée à la reproduction a réduit l’intervalle à la première saillie entre les taures. Après quatre ans, l’âge moyen à la première saillie est passé à 12,2 mois et les suivis rigoureux de la croissance et de la reproduction ont réduit l’intervalle des premières saillies des taures; l’âge moyen au 1er vêlage est passé de 25 mois à 21,7 mois et la production de lait 305-jours des jeunes vaches s’est améliorée.  

Tableau 1.

Tableau 1.

7