Débora_Santschi_1
Revue Le producteur de lait québécoisVolume Numéro 14 octobre 2020
Débora SantschiPh.D., agr.

PROFILab dans le lait de réservoir: ce qu'on a appris

PROFILab dans le lait de réservoir: ce qu'on a appris
Partage

En collaboration avec Daniel Warner, professionnel de recherche en analyse de données, Innovation et développement, Lactanet

Depuis février 2020, le profil d’acide gras du lait de réservoir est disponible pour les producteurs de lait du Québec. Jetons un coup d’oeil sur ce qu’on a appris jusqu’à maintenant…  

Il y a une très grande variation entre les troupeaux

Les études américaines disaient que les troupeaux ayant une teneur en de novo plus élevée affichaient de meilleures performances. Les données québécoises vont partiellement dans le même sens, en démontrant clairement la relation entre les de novo et le gras ou la protéine du lait de réservoir. En effet, à chaque augmentation d’un dixième d’unités en de novo (0,10), le taux de gras augmente de deux dixièmes (0,20). Le lien avec la protéine vraie est aussi très clair : à chaque augmentation de 0,10 sur l’échelle des de novo, la protéine vraie augmente de 0,12 unité.

Nos données québécoises de quelques milliers de troupeaux révèlent aussi une très grande variation des profils d’acides gras dans nos fermes. Parmi les facteurs qui ont le plus d’impacts sur le profil d’acides gras, notons la race des vaches.

Les différents groupes d’acides gras sont plus élevés dans le lait des troupeaux à prédominance jersey, particulièrement les de novo et les mixtes. Plus précisément, la quantité d’acides gras de novo présente dans les troupeaux jerseys est à environ 1,3 g/100 g de lait, alors que les troupeaux holsteins sont plus autour de 1,05 g/100 g de lait, tandis que les autres races se situent au milieu. Il est à noter que pour chacune des races, il existe une grande variation entre les troupeaux, qui s’explique probablement en grande partie par la composition de la ration, le comportement alimentaire des vaches et la gestion du troupeau.
 

Les troupeaux très performants affichent une teneur en de novo dans la moyenne

Plusieurs croient à tort qu’il est « normal » que les troupeaux très performants aient des de novo sous la moyenne, par un effet de dilution lié à la production de lait supérieure à la moyenne. C’est partiellement vrai, mais la différence entre les troupeaux performants et les troupeaux moyens est très minime.

Pour l’illustrer, la Figure 1 présente la distribution des profils d’acides gras de 3 300 troupeaux holsteins conventionnels. Les troupeaux ont été catégorisés selon leur production annuelle; la boite rouge représente les troupeaux dans le 10 % inférieur en termes de production, la boite orange représente les troupeaux se situant entre le 10e et le 80e percentile (26,6 à 37,9 kg lait/vache/jour), la boite verte représente les troupeaux du 10 % supérieur (37,9 à 40,7 kg de lait) et la boite bleue représente les troupeaux les plus performants (maximum 2 %; plus de 40,7 kg de lait/vache/jour).
FIGURE 1 : LES TROUPEAUX PERFORMANTS EN LAIT (KG/VACHE/JOUR) FONT AUTANT DE DE NOVO QUE LA MOYENNE

Comme l’indiquent les valeurs sous le graphique, oui les troupeaux « bleus » semblent indiquer une teneur moins élevée en acides gras de novo dans leur lait, mais cette différence est d’environ 0,01 g/100 g de lait en moyenne, donc frôlant la moyenne présentée sur le rapport PROFILab. Si on fait le même exercice, mais en catégorisant les troupeaux selon leur performance en kg de gras/vache/jour, on obtient encore une fois le même résultat : les meilleurs troupeaux affichent autant de de novo que la moyenne. La variation entre les troupeaux d’une même catégorie de production est plus importante que la variation entre les différentes catégories. 

Une étude est en cours pour tenter de mieux comprendre les facteurs expliquant cette grande variation, surtout ceux liés à l’alimentation, la régie et l’environnement du troupeau, parmi 100 troupeaux au Québec.

COMMENT COMPRENDRE LA « BOITE À MOUSTACHES »?

Une boite à moustache permet de visualiser la variation d’un groupe de données, dans ce cas-ci d’un groupe de troupeaux. Ainsi, dans cet exemple, la boite bleue représente 50 % des troupeaux, soit tous les troupeaux qui se situent au « milieu » du groupe. Les barres verticales au-dessus et en dessous permettent de visualiser les troupeaux se situant plus aux extrémités, respectivement les troupeaux présentant les valeurs les plus élevées et ceux présentant les valeurs les plus faibles.

Boîte à moustaches

À lire aussi :

7