maxime2_fiche site web
ArticleVolume Numéro 8 juillet 2019

Quatre principes de base à respecter dans l’utilisation des inoculants pour les fourrages

Quatre principes de base à respecter dans l’utilisation des inoculants pour les fourrages
Partage

Avec la fin de la première coupe qui se termine vient le questionnement sur l’utilisation d’un inoculant pour la préservation des fourrages. Voilà qu’on entre dans un monde peuplé de produits variés et il n’est pas évident de s’y retrouver. Avant toute chose, il est bon de bien comprendre les grands principes suivants :

1.     Les inoculants ne remplaceront jamais une bonne gestion des ensilages : un taux d’humidité adéquat à la récolte, une longueur de coupe appropriée, une bonne compaction, un silo hermétique et une reprise adéquate.

Voir la vidéo Comment réussir un bon ensilage?

2.     Les inoculants sont des organismes vivants qui nécessitent des conditions d’application et d’entreposage spécifiques telles que la température de l’eau (35 °C) et l’absence de chloration dans l’eau.

3.     Les inoculants pour l’ensilage sont divisés en deux grandes familles :

-        Les bactéries homolactiques (Lactobacillus plantarum, Enterococcus et fæcium) produisent de l’acide lactique qui est utile pour réduire rapidement le pH des ensilages et ainsi empêcher le développement de micro-organismes nuisibles (Enterobacteria et Clostridia).

-        Les bactéries hétérolactiques (Lactobacillus buchneri) produisent de l’acide acétique 1,2-propanediol à partir de l’acide lactique. Ces derniers permettent une meilleure stabilité aérobique des ensilages (empêche l’ensilage de chauffer).

4.     Il faut appliquer un minimum de 100 000 unités formant colonies (ufc)/gramme de fourrage frais pour les inoculants de bactéries homolactiques et un minimum de 400 000 ufc/g ensilage frais pour les inoculants de bactéries hétérolactiques (Lactobacillus buchneri).

En terminant, il est important d’appuyer votre choix sur des recommandations basées sur la science et selon votre situation. Vous pouvez demander la documentation scientifique pertinente à votre représentant et consulter votre conseiller Lactanet pour des conseils sur cette question.

À lire sur le même sujet: Comment choisir le bon inoculant pour la préservation des fourrages? 

En collaboration avec Julie Baillargeon, M.Sc., agr.

7